Partagez | 
 

 Uchiha Ryûko - Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Uchiha Ryûko
avatar
Messages : 100
Ryôs : 1735
Date d'inscription : 25/07/2014
Localisation : Jamais loins des emerdeurs

Fiche Ninja
Nindô: Notre force se trouve dans notre cœur avent de passer par notre bras.
Statut: Fiancé(e)
MessageSujet: Uchiha Ryûko - Fini    Lun 27 Oct - 14:56



Ryûko Uchiha




Age : 19 ans
Faction : Clan Uchiha
Grade&rang : Satsujin
Surnom : //




Mentalité

Mentalité -

Qui est Uchiha Ryûko ? Une descendante d'une des plus puissante famille de ninjas de Hi no Kuni ? C'est la première chose qui vous viendrait à l’esprit, mais si seulement elle n'était que ça.

Visiblement elle n'était qu'une Uchiha parmi tant d'autres, une combattante jusque dans son quotidien ne s’encombrant pas de futilités matérielles ou de sentiments plats et inutiles. Une Kunoichi d'une grande fierté et d'un grand talent avec cette manie de prendre les gens inférieurs de haut. Une jeune femme prédisposée à devenir l'une des plus puissantes figures de son âge et dont l'heure de gloire n'était pas encore arrivée, mais qui ne se contentait pas de ce qu'elle avait. Un être assoiffé de pouvoir prêt à tout pour l'obtenir, même à perpétrer des actions vides d'honneur. Une jeune femme sans compassion pour son prochain, prête à le dépouiller de tout ce qu'il avait pour mieux assoir sa position.

C'est l'image que vous avez des Uchiha ? Et est-ce cette même image que vous avez de Ryûko ? Alors vous ne savez rien, et c'est bien normal. La Ryûko décrite plus haut, l'Uchiha pleine de haine et d'arrogance n'est qu'un personnage savamment jouer par la jeune fille qui avait réussi à trompé tout le monde. Elle s'était jouée d'un clan entier et s'était forgée sa renommée dans un seul but, se protéger et ne pas décevoir son clan. Mais quel était donc ce secret qui fait de notre demoiselle l'une, si ce n'est la plus grande menteuse du clan Uchiha ? Le voici : Elle représente l'exact inverse de l'archétype du clan. Un comble pour l'une des Kunoichi les plus puissante de la famille ne trouvez-vous pas ?

Endoctrinée dès son plus jeune âge, notre jeune adolescente aurait bien pu devenir la sinistre personne décrite il y a quelques lignes, mais une tragédie à ses sept ans changea la donne, la poussant à voir le monde sous un nouveau jour. Les différents évènements agrémentant sa vie poussèrent peu à peu la demoiselle à devenir une toute autre personne, loin de l'idéal martial du clan : Ryûko était devenue une pacifiste convaincue. Elle répugnait le sang, les conflits, la violence et la guerre, des choses qui l'éprouvèrent et la marquèrent tout au long de son existence.

Ryûko était une jeune fille d'une pureté d'âme sans pareil et d'une grande générosité, ne souhaitant que partager ce qu'elle avait et ce sans contrepartie. Elle était persuadée que son don héréditaire devait servir un plus grand dessein, le bien de son propre clan, mais aussi celui de tout les autres. Cette part de lumière, si intense, ne ressortait qu'en de rares occasions de solitude, celles là dont son père n'aurait jamais connaissance.

En parlant de famille, parlons des liens qui lient notre belle ténébreuse à celle-ci. Celle-ci est quelque chose d'infiniment sacré à ses yeux, la seule chose qu'elle avait en ce monde et qui avait une réelle valeur. Son père Uchiha Toshi était une des personnes qu'elle aimait le plus au monde, elle le considérait comme modèle. Mais à mesure que le temps passait ses sentiments se muèrent en terne respect puis en peur lorsqu'elle entendit clairement ce dernier assassiner son grand père. La folie de son père était donc sa principal source d'angoisse et de peine quotidienne, car malgré son effroi, son amour pour lui n'avait jamais diminué. C'était aussi une des raisons qui la poussait à jouer son personnage cruel et sans sentiment, car elle savait que son père n'accepterait jamais une descendante "faible". Elle devait être sombre et froide pour se protéger du courroux de son père, mais aussi pour avoir sa fierté.

Sa mère, Uchiha Akiko et sa sœur, Uchiha Anko furent les personnes qui lui permis de tenir toutes ces années. Elles lui apportèrent la chose qui manquait le plus à la jeune fille, une figure familiale aimante. Contrairement à son géniteur, Akiko était douce et affectueuse avec sa fille. C'était quelque chose qui était nécessaire à la jeune femme pour recharger ses batteries lorsque la pression de l'entrainement et de la violence quotidiennes devenaient trop pesantes. Cependant, Ryûko ne fit jamais confiance à personne, et garda le masque même auprès de celle qu'elle aimait le plus.

Il y aurait eu tant d'autres personnes à citer, comme ses quartes autres frères et soeur. Amaru, Kazuto, Jushiro et Hikari, cependant leurs nom n'est jamais cité en la présence de la brunette, car ce simple fait déclenchait chez elle une irrépressible crise de désespoir. En effet de toute la fratrie, Anko et elle en sont les deux dernières. Tout les autres étant morts sur les champs de bataille d'un monde ninja trop cruel et sanglant au yeux de la jeune fille.

Elle était utopiste, persuadée dur comme fer qu'un jour elle serait capable de changer le monde. L'adolescente souhaite avant tout changer l'image de son clan et prouver au monde entier que les Uchiha n'étaient pas que des monstres. Ceci dit elle était loin d'être stupide, une Kunoichi ne survivait pas aussi longtemps en n'ayant aucune idée de ce qu'elle faisait. Habile stratège autant au combat qu'au quotidien, elle était parfaitement capable d'élaborer des tactiques et feintes afin de confondre l'ennemi. Fine diplomate, elle savait aussi toujours se placer du bon côté de la barque lorsque la tempête approchait. Elle arrivait toujours à se faire oublier quand il le fallait et à prendre la parole lorsque c'était nécessaire, mais jamais plus que nécessaire.

Sur le plan physique notre chère Ryûko n'était pas en reste. Pas trop grande ni trop petite, la jeune Uchiha pouvait se fondre dans la masse autant que laisser briller un étonnant charisme doublé d'un charme étonnant pour une jeune femme aussi discrète. Typique de sa famille le contraste entre la pâleur de sa peau et la couleur sombre de ses cheveux était saisissant. Ces derniers, soigneusement coiffé, tombaient naturellement sur sa nuque et encadrent son visage avec une grande simplicité.

Une frange rebelle s'imposait toutefois sur son visage, logée sur son front. Deux grands yeux en amande d'un noir sombre qui pourraient faire craquer nombre de jeunes hommes ... ou jeunes femmes selon les goûts. Ceci dit pour en revenir à ses yeux, ses dons héréditaires lui donnaient la possibilité de les faire changer de couleur lorsqu'elle le voulait via le Sharingan. Un magatama composé de trois virgules et d'une pupille aussi noires que le néant, perdues dans un océan rouge sang servant d'iris.

Il était rare que les Sharingan de Ryûko apparaissent en dehors des entraînements, ceux-ci n'étant utilisés qu'en dernier recours, lorsque la violence devenait l'unique solution. Ou bien lorsque la colère s'emparait d'elle, ce qui restait un évènement tout aussi funeste. D'autant plus que ses Dojutsu étaient les premier a avoir dépasser le stade comain du Saringan, un Dojutsu encore plus rare et malfaisant que l'un des plus rares et malfaisant déjà omniprésent dans un clan l'étant tout autant.

Pour habiller son corps finement sculpté et parfaitement proportionné, la jeune femme portait tellement de tenues différentes que les toutes les décrire aurait pris des jours. Ses couleurs d’apparat restaient le noir, cuir ou tissu, cela n'avait que peu d'importance. La seule chose importante dans son habillage était l'emblème du clan Uchiha brodé sur ses hauts, marque de son identité, imposant respect et crainte.

En résumé Ryûko était une très belle jeune femme qui disposait d'un grand charisme et d'une grande intelligence, mais terriblement tourmentée à cause de son vécu. Elle se trouvait déchirée entre son identité de Uchiha qui l’obligeait à en jouer le rôle, cruel et mauvaise alors qu'au plus profond d'elle Ryûko n'était qu'amour et pureté. Partagée entre amour et haine, la frontière était mince, restait à savoir de quel côté la jeune fille allait basculée.


Histoire

Histoire -